Beauté, Maternité

Modifications du corps après une grossesse : Apprendre à s’accepter à nouveau

Avant ma première grossesse, je pesais soixante sept kilos et j’avais quelques petites rondeurs mais je me sentais bien dans mes baskets. Après avoir accouché, j’ai eu un choc et je n’arrivais pas à aimer mon nouveau corps. Le changement était brutal et je ne m’imaginais pas qu’une grossesse modifierait mon corps à ce point.

StockSnap_90ZF9UESNB

1/ La prise de poids

 

Dans les premiers mois, je suis parvenu à respecter les recommandations de ma gynécologue en prenant un kilo par mois.

Au bout de cinq mois, j’ai commencé à avoir de grosses fringales. La balance a commencé à s’affoler. Entre le cinquième et le sixième mois, j’ai pris quatre kilos ce qui m’a valu un commentaire réprobateur du médecin lors de l’échographie du deuxième trimestre.

 

A partir de ce rendez-vous, j’ai commencé à percevoir ma prise de poids d’un œil négatif mais je n’arrivais pas à me restreindre. La courbe de poids continuait à s’affoler jusqu’à ce que j’additionne vingt kilos à mon poids d’avant grossesse.

 strawberries-and-measuring-tape-1172019

L’accouchement de bébé a fait s’envoler les cinq premiers kilos. En rentrant à la maison, il m’a fallu un peu plus de huit mois pour me débarrasser des quinze kilos restants. J’étais rassurée de voir mon poids revenu à sa valeur initiale en moins d’une année. Cela m’a permis d’être moins focalisée la dessus lors de mes grossesses suivantes (je finissais toujours par peser quatre-vingt huit kilos au jour de l’accouchement).

 

2/ Les vergetures

 

Je savais, avant d’être enceinte, que prise ou perte de poids rapide signifiait certainement apparition de vergetures. J’y ai eu droit, à l’adolescence, au niveau des cuisses et des hanches alors je savais que je ne serais pas épargnée une fois enceinte. J’ai essayé d’anticiper en suivant les recommandations (hydratation, hydratation et hydratation).

 

Aux alentours du cinquième mois, (qui concorde avec la prise de poids rapide) j’ai commencé à avoir des démangeaisons au niveau du ventre qui se tendait de plus en plus. J’ai donc commencé à hydrater la peau de mon ventre aussi souvent que possible. Mon ventre est resté bien beau et lisse jusqu’à huit mois.

 

Je commençais à entretenir l’espoir de ne pas connaître l’apparition de ces petites lignes disgracieuses. Jusqu’au jour où mon ventre à littéralement craqué. En deux jours, je me suis retrouvé avec une dizaine de stries recouvrant une majeure partie de mon abdomen. Elles étaient épaisses, violacées et profondes. Loin de ce que j’avais connu à l’adolescence.

 out-of-order-text-on-persons-belly-735966(1)

Ça a été un coup dur pour moi. Les dernières semaines, j’étais complexé à l’idée de montrer mon ventre aux professionnels de santé. Avec chance, après que mon ventre ai été tellement abîmée par la première grossesse, j’ai été épargnée pour les suivantes.

 

Avec le recul, j’ai fini par accepter ces cicatrices de grossesses. Elles ont mis du temps à s’atténuer. Je continue encore aujourd’hui à les masser avec de l’huile de nigelle et de l’huile de rose musquée bio qui les rendent mois après mois, beaucoup plus discrètes. ( près de cinq ans plus tard tout de même)

 

3 / La perte d’élasticité de la peau

 

Ce qui a été le plus difficile à vivre, et qui me complexe encore parfois aujourd’hui, c’est le manque de fermeté de ma peau. Quand j’ai vu mon ventre vide et tout ramolli à la maternité ça m’a fait un choc. J’en voulais au femme autour de moi qui avait eu des enfants de ne pas m’en avoir parler. Les premiers mois, j’ai eu beaucoup de mal à me regarder.

 

J’ai du réapprendre à m’aimer malgré ce ventre et cette poitrine relâchés. Je voyais toutes ces photos de femmes sur internet qui venait d’accoucher et qui avait, malgré quelques rondeurs superflus, une peau intacte. Je ne comprenais pas comment elles faisaient. J’ai fait une véritable fixation la dessus. Autant vous dire, que mettre un maillot de bain devenait une épreuve.

 woman-lying-on-rocks-3317221

 

4 / Apprendre à s’accepter

 

Aujourd’hui, alors que j’écris, je trouve que j’ai été ridicule de me torturer à ce point mais c’était une réelle souffrance. Je n’étais pas préparé à ce changement brutale et j’aurais aimé qu’on m’en parle.

 

Avec le recul et avec mes grossesses suivantes, j’ai compris que le corps d’une femme subit de multiples transformations tout au long de sa vie. Il nous accompagne dans des moments joyeux et dans d’autres beaucoup plus difficiles. Il est le navire voguant sur notre existence et nous lui devons reconnaissance et amour.

 woman-facing-vanity-mirror-1547970

Je sais que cette obsession du corps parfait, lisse, vierge de toute marque n’est qu’un fantasme malsain. J’accepte désormais toutes ces modifications. Mon corps n’est pas le même qu’il y a dix ans et il ne sera pas le même non plus dans dix ans.

 

J’essaye d’être plus indulgente et de le chouchouter autant que je peux. J’essaye de ne plus me focaliser sur les petites choses que je n’aime pas. J’essaye de me rappeler tout ce qu’il m’a apporté de positif jour après jour.

 

Bien sûr, il y a des jours où les complexes reviennent me hanter mais je ne lui en veut désormais plus d’être ce qu’il est après avoir abrité et donné vie à mes trois petits trésors.

woman-3816800_1920

Mots-clefs :, , , , , , , , , , , ,

A propos de Sophia

Maman de trois enfants Infirmière Auteure à mes heures perdues

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Parents des petits poissonn... |
Découvertes et bons plans |
Uncombatpourunevie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ecomambzh
| Mamanpaparfaite
| Le Centre de Loisirs à Sain...